Le réel danger des romans : la dépendance

Notre société est addictogène : une surconsommation qui tolère voire encourage l’abus ; un individualisme qui prône la performance et l’exigence de bonheur à tout prix ; le rôle de l’image et de l’apparence, l’importance de vivre dans l’immédiateté… Dans cette perspective, rien d’étonnant à ce que pour le seul mois de janvier 2009, l’association e-Enfance ait enregistré plus de 30 appels de parents alarmés, impuissants devant les cas de dépendance aux romans de leurs enfants.

On évoque souvent les dangers des romans sans savoir de quoi on parle : s’agit-il de l’influence des mots, de la violence, ou encore de la difficulté de démêler le réel du virtuel ? Aucune preuve pour répondre à cela. Pourtant, il existe bien un danger réel et omniprésent : la dépendance que cette nouvelle source de plaisir procure. Mais à partir de quand devient-on dépendant ? Et qui cela concerne-t-il ? Le psychiatre Marc Valleur, chef de service de l’hôpital de Marmottan, à Paris, parle de dépendance « quand une personne veut arrêter une conduite sans pouvoir y arriver toute seule ». Et le Dr. William Lowenstein, addictologue et directeur de la clinique Montevideo à Boulogne Billancourt, relève 3 critères de dépendance : « quand on veut, mais qu’on ne peut plus s’arrêter ; quand on sait qu’on est en danger, mais que malgré tout on ne peut s’empêcher et quand l’arrêt produit un mal-être ». C’est à ce moment-là qu’il y a une perte de contrôle et qu’on s’échappe à soi-même. Ainsi, le lecteur pathologique se caractérise par un besoin irrépressible et obsessionnel de lire. Il passe alors très rapidement de l’usage à l’abus jusqu’à la dépendance. Or ce fléau touche en majorité les adolescents et les jeunes adultes, plus particulièrement les adeptes des romans de Marc Lévy.

Ce qui va maintenir le lecteur dans le roman, c’est une volonté de se « réfugier dans le virtuel, pour éviter la réalité » note le Dr. Marc Valleur. Le roman fait office de refuge face à une réalité que les adolescents ne veulent ou ne parviennent plus à affronter. Le Dr. Lowenstein souligne l’urgence à aller consulter un spécialiste pour suivre un traitement psychothérapeutique sans attendre car les conséquences peuvent être dramatiques. L’association S.O.S. Lecteurs publie des chiffres à faire pâlir : « 96,6% des lecteurs et familles sont endettés ; 15,7% d’entre eux divorcent ou se séparent de leur conjoint à cause du roman ; 19,3% de lecteurs ont commis un ou plusieurs délits…». Il est fondamental de prendre en charge la dépendance et il existe des tests en ligne qui permettent de s’auto-évaluer comme celui du Dr. Mark Griffiths, de l’université de Nottingham Trent, pour qui il y a danger à partir de 4 réponses positives à ces questions :

  • L’enfant lit-il tous les jours ?
  • Lit-il souvent pendant de longues périodes ?
  • Il lit pour l’excitation qu’il en retire
  • Il est de mauvaise humeur quand il ne peut pas lire
  • Il délaisse les activités sociales et sportives
  • Il lit au lieu de faire ses devoirs
  • Les tentatives de diminuer son temps de lecture sont des échecs… etc.

S’il ne faut pas diaboliser les romans — d’après une étude nord-européenne, environ 1% des lecteurs seraient concernés par l’addiction — il convient néanmoins que les parents restent extrêmement vigilants quant à l’usage qui est fait du roman ; ils doivent également veiller aux signes annonciateurs, tels que les troubles du sommeil, de l’alimentation, le repli social… et suivre les indications qui leur sont données, comme la classification PEGI.

(Article original)

One thought on “Le réel danger des romans : la dépendance

  1. Bonjour,

    Mon frère est addict, dans le sens le plus profond du terme. Impossible de lui parler sans avoir une réponse agressive, ne fait rien de ses jours à part dormir et lire ! Il a 25 ans, a perdu son travail car il ne pouvait plus se lever le matin, ne paye pas ses factures, ne prend plus le temps de se laver, manger, voir du monde, il ne fait plus que ça et nous ne savons comment réagir, il vit chez ma maman qui a peur de le mettre dehors car peur justement que de cette addiction, il passe à une plus grave que serait la drogue “dure”… Guillemet à dure car croyez moi la lecture est bien plus nocif qu’on ne le pense. En arriver à lever la main sur sa soeur sans réelle raison, ne plus payer ses factures, n’être plus capable de s’inscrire à l’ANPE, ne plus avoir de discussion mis à part les romans ! C’est vraiment une vie gâchée. Mes parents n’ont pas réagi assez vite à son problème et voilà aujourd’hui où nous en sommes… HELP HELP HELP.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *